Kenya

Le mont Kenya, dont le nom signifie «montagne d’autruches» (Kiinyaa) parmi les Wakamba vivant à ses pieds, est le point culminant du pays et le deuxième plus haut sommet d’Afrique (5 199 m au sommet Batian, 5 188 m à Nelion Point et 4985 m à Lenana Point). Le mont Kenya, né il y a environ 3 millions d’années de l’ouverture du rift africain, est recouvert depuis des millénaires par une énorme calotte glaciaire qui a fortement creusé ses pentes, d’où les nombreuses vallées qui descendent du sommet.

Au cœur de la grande savane, le Kilimandjaro et le mont Kenya, auréolés de blanc et reliés par la vallée du Rift, se dressent au milieu des parcs nationaux où éléphants, lions, girafes, rhinocéros, buffles, orignaux, antilopes, évoluent en toute liberté.

Découvrir le Kenya, c’est profiter de ses beaux paysages, la forêt équatoriale aux hauts sommets volcaniques, à travers les vastes plaines et plages paradisiaques de l’océan Indien, c’est découvrir la grande faune africaine, dont les fameux Big Five, sans oublier les rencontres avec Masais, Kikuyus ou Samburus, dernières tribus semi-nomades …

Reperes

Populations 44, 3 million personnes.
Superficie 582 650 km2.  
Capitale Nairobia.
Villes Mombasa, Kisumu, Nakuru.
Point culminant Mont Kenya, 4 985 m.
Langues Anglais and Swahili.
Religions Chretiens 70% et Musilmans 30%
Temps Compare à la France, plus deux heures de Novembre à Mars meme temps, Avril à Octobre. UTC/GMT: + 3.

Géographie

Bordé par l’océan Indien, les voisins du Kenya sont la Somalie, l’Éthiopie, le Soudan, l’Ouganda et la Tanzanie.

Quatre zones définissent le pays:

– la montagne: l’altitude monte d’est en ouest; la vallée du Rift a donné naissance à des montagnes et des lacs; Le mont Kenya, le plus haut sommet du pays, est un volcan éteint avec des sommets enneigés toute l’année; Le mont Longonot culmine à environ 2 700 mètres. Les flancs de ces montagnes abritent des forêts dites primitives et équatoriales.

– les plaines se trouvent dans la partie orientale du pays et sont principalement occupées par des savanes.

– lacs et rivages: de nombreux lacs se sont formés le long de la vallée du Rift, de 40 à 80 km de large, comme le lac Turkana au nord du pays, les lacs Hannington, Baringo, Navasha, Nakurau et Natron au sud. L’océan Indien borde plus de 500 km de côtes kenyanes, constituées de plages de sable protégées par des récifs coralliens. Les îles Funzi s’étendent au large. La ville de Mombasa est en fait une île reliée au continent par une digue à l’ouest, un pont au nord et un ferry au sud. Toutes les terres légèrement en retrait sur la côte sont des terres arables.

– Les réserves et les parcs naturels: Meru, Tsavo et Amboseli, où chacun doit commencer son safari à l’aube pour voir les animaux sur fond de Kilimandjaro rose, et surtout le Masai Mara Park.

Climat

Le climat équatorial est influencé par la mousson asiatique et les régions montagneuses du pays.

Les deux saisons sèches sont idéales pour voyager au Kenya:

  •  la longue saison sèche, de juin à fin septembre;
  • la courte saison sèche, de décembre à mars.

La plupart des parcs nationaux sont situés à haute altitude sur les hauts plateaux (plus de 1000 m) et sont protégés de la chaleur extrême. Le climat est chaud et humide toute l’année sur la côte de l’océan Indien. Il fait très froid lors de l’ascension du sommet du mont Kenya. Des températures fraîches également dans les parcs au cœur de l’hiver austral (juillet-août). Des orages violents sont possibles en toute saison.

Economie

L’agriculture représente toujours 70% de la population active et près de 25% du PIB. Grands domaines et plantations coexistent aux côtés de petites exploitations. Les principales cultures vivrières sont le maïs, le millet, le sorgho, le manioc, la patate douce; les cultures de café et de thé sont les principaux produits d’exportation; les plantations de canne à sucre, de fruits tropicaux, de sisal et de coton sont importantes; une industrie des fleurs coupées (production, transformation et vente) s’est développée, elle fournit des moyens de subsistance à 500 000 Kenyans et représente 15% des exportations, faisant du Kenya le premier fournisseur de roses de l’Union européenne. L’élevage (bovins, ovins, caprins) est important, mais a souvent une valeur sociale supérieure à la valeur économique.

Le pays n’est pas riche en ressources naturelles et minérales, à l’exception de la géothermie et du carbonate de soude du lac Magadi. L’industrie s’est développée dans les secteurs agroalimentaire, métallurgique, textile et chimique.

Le tourisme s’appuie sur le patrimoine exceptionnel de grands parcs naturels (Amboseli, Masai-Mara, Samburu, Tsavo).

Société

La population mal urbanisée (30%) se concentre sur les hautes terres du sud-ouest, la côte et la région du lac Victoria.

Il existe trois groupes appartenant à différentes familles linguistiques. La majorité des Kenyans – Luhyas, Kambas et Kikuyu – sont des locuteurs bantous. Les Masai, Turkana, Suk (pasteur), Kalenjin, Samburu, Nandis et Luo font partie du groupe nilo-saharien (nilotique). Au nord-est, les nomades Somaliens, Boranas et Ormas appartiennent au groupe hamito-sémitique (couchitique). Le pays compte également des minorités indiennes, européennes, arabes et somaliennes. En plus des langues officielles, il existe plus de 40 dialectes. Chaque individu reconnaît à première vue le groupe d’une autre personne, par ses traits, sa robe, ses scarifications, etc.

  • Les Kikuyu sont la plus grande tribu du Kenya. Vivant dans les hautes terres, entre Nairobi et le mont Kenya, ils sont principalement des agriculteurs et détiennent le pouvoir politique.
  •  Les Luos vivent dans la région de Kisumu, sur les rives du lac Victoria. Ils excellent dans la pêche en eau douce. Ils revendiquent le pouvoir et représentent l’opposition politique.
  • Les Masai forment la tribu la plus curieuse d’Afrique de l’Est. Ce peuple fier et axé sur la tradition vit dans une grande partie du sud du Kenya et du nord de la Tanzanie. Guerriers et éleveurs nomades, ils construisent de petites maisons circulaires temporaires en utilisant des branches entrecroisées couvertes de bouse de vache et de boue; ce mélange sèche rapidement au soleil et devient aussi dur que le ciment. Les femmes construisent des maisons et prennent soin.
  • Les Luhyas sont un groupe de différentes tribus unies sous le même nom par les colons anglais. Leurs langues sont très proches. Ils vivent dans l’ouest du Kenya, entre Nakuru et la frontière ougandaise.
  • Sont regroupés sous le nom de Swahilis, les Turkanas, au nord du pays, le groupe Kalenjin à l’ouest, les Merus à l’est du mont Kenya (tribu proche des Kikuyu), les Taitas au sud de Tsavo et les tribus côtières ( en particulier Digo).

L’histoire du pays

Des vagues d’immigration successives ont progressivement remplacé les populations d’origine proches des Pygmées et des Bochimans, vivant de la chasse et de la cueillette: les peuples couchitiques d’Afrique du Nord-Est et des hauts plateaux éthiopiens, les Bantous du sud-ouest de l’Afrique et les peuples nilotiques venus du Soudan. Les Kalenjins, éleveurs et agriculteurs, occupent les hauts plateaux de l’ouest du Kenya. Les Luos, un peuple hamite, arrivés sur la côte est du lac Victoria au début du XVIe siècle, se sont installés parmi les Bantous.

Marins arabes achetant de l’or, de l’ivoire et des esclaves, un commerce très florissant se développe au 15e sur la côte; le métissage avec les populations bantoues donne naissance à une civilisation brillante et à une langue, le swahili, un mélange de bantou et d’arabe. Les Portugais, débarqués en 1497, s’emparent de Mombasa en 1593, puis occupent les autres ports. En 1698, Mombasa a été conquise par les Arabes d’Oman, qui contrôlaient le littoral tout au long du XVIIIe siècle. La présence arabe conduit à une islamisation partielle de la population côtière.

En 1886, le Premier ministre britannique Lord Salisbury et le chancelier allemand Bismarck ont ​​signé un accord délimitant les zones d’influence en Afrique de l’Est. Le pays, sous protectorat britannique en 1895, est devenu une colonie en 1920. Dès 1896, les premiers colons britanniques sont arrivés et ont employé une grande main-d’œuvre dans d’immenses plantations. En 1925, Joseph Kangethe et Jomo Kenyatta ont créé l’Association centrale de Kikuyu (KCA), qui a appelé au retour des terres à son peuple. De 1952 à 1956, la révolte des Kikuyu, bien que pressée, sape le système colonial, le Royaume-Uni donne une place aux Indiens et aux Africains au sein du Conseil législatif local. Deux partis politiques africains se forment – l’Union nationale africaine du Kenya (KANU), revendiquant J. Kenyatta, et l’Union démocratique africaine du Kenya (KADU), plus modérée et fédéraliste, dirigée par Ronald Ngala – créant une rupture entre Kikuyu et Luos d’une part part, les populations Kalenjins et Bantu d’autre part.

L’indépendance est proclamée en décembre 1963. Un an plus tard, la République est proclamée et J. Kenyatta devient le premier président du Kenya. En juillet 1969, Luo Tom Mboya, pro-occidental, un jeune ministre et considéré comme le dauphin de J. Kenyatta, est assassiné. Kenyatta est réélu à la présidence et, aux élections législatives de décembre, seule la KANU est autorisée à nommer des candidats. En 1974, J. Kenyatta, qui vient de déclarer le swahili langue nationale, est réélu pour cinq ans. À sa mort en 1978, le vice-président Daniel Arap Moi, un Kalenjin, lui a succédé. Le régime s’est durci et le monopartisme a été officiellement établi en 1982. L’apparition en 1986 du mouvement de gauche révolutionnaire Mwakenya inquiète le gouvernement, qui fait procéder à de nombreuses arrestations. L’intolérance du régime pousse les États-Unis à lier leur aide au respect des droits de l’homme et le gouvernement rétablit le multipartisme. Mais lors des élections de 1992, l’opposition divisée a été défaite par le président Moi, qui a été réélu, et la KANU a remporté la majorité au Parlement. Dans la vallée du Rift, les Kikuyu harcelés par les Kalenjins et les Masai, qui veulent reprendre leurs terres, provoquent de graves troubles. L’opposition crée de nouveaux partis, dont le Forum pour la restauration de la démocratie (FORD); un parti islamique fondé par Cheikh Balala s’installe à Mombasa. Mais les divisions de l’opposition permettent au président Moi de remporter les élections présidentielles et législatives de 1997. Avec le bombardement de l’ambassade des États-Unis à Nairobi en août 1998, le Kenya se rapproche des États-Unis face au terrorisme, a confirmé le secrétaire d’État C. Powell. visite en 2001 et 2005.

La Constitution interdisant au président Moi de solliciter un nouveau mandat, il a imposé à KANU la candidature du jeune Uhuru Kenyatta, fils de J. Kenyatta. L’opposition, réunie au sein de la National Rainbow Coalition (NARC), remporte les élections générales de 2002. Son candidat Kikuyu, Mwai Kibaki, devient président. Kibaki ne met pas en œuvre les réformes les plus promises. En novembre 2005, les Kenyans rejetant le référendum proposé sur la réforme constitutionnelle, le président Kibaki entreprend un remaniement ministériel. Le PLD s’associe à la KANU pour former le Mouvement démocratique orange (ODM-Kenya), qui remporte les élections législatives devant le camp présidentiel restructuré autour du Parti de l’unité nationale (PNU); M. Kibaki est réélu à la présidence. L’opposition dénonçant une fraude massive dans le décompte des voix, ouvre un cycle de violence, prenant parfois, notamment dans la vallée du Rift, l’apparence de conflits interethniques. En 2010, une nouvelle constitution est adoptée par référendum; elle prévoit un meilleur équilibre entre les pouvoirs et les limitations importantes des prérogatives présidentielles – l’institution d’un sénat représentant les comtés et d’une cour suprême, la procédure de destitution par les deux assemblées du président qui ne peuvent plus dissoudre le parlement, garantissant les libertés civiles dans un déclaration des droits, décentralisation … De plus, une politique foncière visant à une répartition plus équitable des terres est explicitement incluse.

Présent dans de nombreuses opérations de maintien de la paix, le Kenya participe à la coopération contre le terrorisme. Au niveau régional, il mène une politique de médiation intense. En 2013, Uhuru Kenyatta, candidat de l’alliance nationale (issue du PNU), a été élu de peu à la présidence de la République. Le nouveau président annonce un programme axé sur la redistribution des richesses et l’accès équitable à la terre, le développement économique, la lutte contre l’insécurité et la préservation de l’unité nationale à travers les clivages ethniques.

Text Widget

Nulla vitae elit libero, a pharetra augue. Nulla vitae elit libero, a pharetra augue. Nulla vitae elit libero, a pharetra augue. Donec sed odio dui. Etiam porta sem malesuada.

Commentaires récents

    Select your currency
    EUR Euro
    USD Dollar américain
    fr_FRFrench

      ×

      salut!

      Cliquez sur l'un de nos représentants ci-dessous pour discuter sur WhatsApp ou envoyez-nous un e-mail à info@hewaborasafaris.com

      × Comment puis-je vous aider?