Zimbabwe

Pays aux multiples facettes, le Zimbabwe est principalement symbolisé par l’image des célèbres chutes Victoria (Victoria Falls), site d’une splendeur incomparable. Mais nous ne devons pas oublier que le Zimbabwe possède également le lac Kariba, des parcs nationaux (Hwange, Gonarezhou, Mana Pools, Matobo), des villes (Harare et Bulawayo). Et les Shonas, population dominante du Zimbabwe, ne manqueront pas de vous étonner par leurs bonnes manières.

REPÈRES

Populations

14, 5 million personnes.

Area

390 580 km2.

Capitale

Harare

Villes

Bulawayo, Chitungwiza, Gweru.

Point culminant

Nyangani Hills (2 592 m).

Langues

Anglais, shona, sindebele.

Religions

Chretiens 67%, animistes 30% et autres religions

Temp

Compare à la France, plus une heure de Novembre à Mars même temp, Avril à Octobre. UTC/GMT: + 2.

Géographie

Dépourvu d’accès à la mer, Le Zimbabwe a pour voisins la Zambie au nord-ouest, le Mozambique à l’est, l’Afrique du Sud au sud et le Botswana au sud-ouest. On distingue trois régions définies par leur altitude:

  • le haut Veld, à plus de 1 400 mètres, constitue la dorsale centrale,
  •  le moyen Veld, entre 700 et 1 400 mètres, au nord-ouest et au sud-ouest,
  • le bas Veld, le long des vallées du Limpopo et du Zambèze. 

Les chutes Victoria, près de la ville de Livingstone en Zambie et faisant partie du fleuve Zambèze, sont considérées comme parmi les plus grandes et les plus impressionnantes du monde, avec 1 700 mètres largeur et jusqu’à 108 mètres de hauteur.

Climat

Le climat tropical est tempéré par l’altitude.

Hiver

Eté

Novembre à Mars

Avril à Juin

Juillet à Octobre

Temperatures Chaude:
Jusqu’à 40 °C en Janvier pendant le jour

Temperatures froide:
15 °C pendant la journée et jusqu’à 0 °C
pendant la nuit

Temperatures chaude:
25 °C pendant le jour et jusqu’à 10 °C during the night

Season de pluie

Season sec

Economie

Le Zimbabwe est riche en agriculture, en élevage bovin et caprin. Les principales cultures, tant dans les grandes exploitations commerciales européennes que dans les petites exploitations africaines, sont le maïs, l’aliment de base de la population, et le tabac, destiné à l’exportation; d’autres cultures importantes sont le coton et la canne à sucre.

Le Zimbabwe est l’un des principaux producteurs mondiaux de chrome; l’or est actuellement la principale richesse minérale; Viennent ensuite le nickel, le charbon, le cuivre et le fer. Son secteur industriel est important: textiles, alimentation, produits métallurgiques, matériel de transport et armes.

Le réseau ferroviaire est particulièrement dense, les deux principaux chemins de fer partent de Harare, l’un vers l’Afrique du Sud et l’autre vers le Mozambique.

Société

Les Européens, pour la plupart d’origine britannique, sont en déclin constant; ils vivent dans de grandes colonies et le long de l’axe Harare-Bulawayo. Les Noirs représentent 98% de la population et sont divisés en deux grands groupes ethniques: les Shonas, divisés en plusieurs clans (zezuru, karanga, manyika …), de loin les plus nombreux (près de 80% de la population); et Ndebele ou Matabele (environ 20%). Les Shonas vivent à l’est et au nord et se distinguent par leur art abondant et superbe; Chrétiens, ils ont conservé leurs croyances animistes traditionnelles.

L’histoire du pays

La présence des premiers habitants en Afrique australe remonte à plus de 8000 ans avant notre ère. Environ 500 proviennent d’artisans du fer d’Afrique centrale et d’agriculteurs bantous. Le peuple Shona a développé la ville du Grand Zimbabwe, structurée autour d’une monarchie, d’une caste dirigeante et d’une armée, qui est devenue la capitale la plus riche et la plus puissante de l’Afrique australe; son influence culmine au XIVe siècle. Au XVe siècle, la dynastie Shonas déclina fortement; la dynastie Torwa a fondé son royaume, des membres de la grande civilisation du Zimbabwe, dirigée par le roi Mwene Mutapa, ont fondé l’empire Shona de Monomotapa, qui a prospéré jusqu’au 17ème siècle. Un vassal rebelle, Changa, crée un nouveau royaume et s’empare du site du Zimbabwe. Au début du XIXe siècle, les empires disparaissent, envahis par les troupes de l’empereur zoulou Chaka. En 1888, Charles Rudd, émissaire de la British South Africa Chartered Company, obtient la concession exclusive de la richesse minérale en échange de quelques livres sterling, mille canons et une canonnière, qui ne seront jamais livrés!

En 1923, la Rhodésie, connue sous le nom de Rhodésie du Sud (aujourd’hui Zambie sous le nom de Rhodésie du Nord), est devenue une colonie britannique; le régime rhodésien adopte des mesures similaires à celles qui régissent l’apartheid en Afrique du Sud: répartition inégale des terres entre les colons indigènes européens et africains, exclusion des Africains des travailleurs qualifiés. En 1953, une Fédération entre la Rhodésie du Nord et le Nyassaland (le futur Malawi) est née. L’Assemblée fédérale compte une minorité de députés noirs, ce qui est exceptionnel à une époque où aucun Africain ne siège à l’Assemblée de la Rhodésie du Sud. Les partisans de la suprématie blanche créent le parti du Dominion pour défendre leurs intérêts face aux revendications des Noirs, qui, sur le modèle sud-africain, forment le Congrès national africain (ANC) dirigé par Joshua Nkomo, un syndicaliste Ndebele qui fait cause commune avec le dirigeants nationalistes noirs de la Rhodésie du Nord et du Nyassaland.

La Fédération est dissoute et en 1964, sous le nom de Zambie et Malawi, la Rhodésie du Nord et le Nyassaland deviennent indépendants. Toujours sous domination britannique, mais jouissant d’une large autonomie, la Rhodésie du Sud entre dans une période de prospérité qui profite principalement à la minorité européenne. L’opposition noire connaissant des tensions internes, le Congrès national africain est rebaptisé Union du peuple africain du Zimbabwe (ZAPU), la branche dissidente donne naissance à l’Union nationale africaine du Zimbabwe (ZANU). Boycotté par les deux partis nationalistes noirs, le Front rhodésien – qui a succédé au parti Dominion – a remporté les élections de 1965; son chef, le nouveau Premier ministre Ian Smith, réclame l’indépendance de la Grande-Bretagne, qui refuse de lui accorder jusqu’à ce que les Noirs soient plus largement associés au pouvoir. Mais I. Smith proclame unilatéralement l’indépendance de la Rhodésie et, en 1970, de la République. L’insécurité dans les zones rurales, entretenue par les guérilleros des mouvements de libération, devient permanente. Enfin, un gouvernement de transition, formé en 1978, est chargé de préparer le transfert du pouvoir à la majorité noire. En 1979, le processus d’indépendance est finalisé. Lors des élections multiraciales de 1980, la ZANU de R. Mugabe a conquis le ZAPU de J. Nkomo.

La Rhodésie a accédé à l’indépendance sous le nom de Zimbabwe en 1980. En 1987, un régime présidentiel a été établi et R. Mugabe est devenu président de la république. En 1988, ZAPU et ZANU ont fusionné et un parti d’opposition, le Zimbabwe Unity Movement (ZUM), a été créé. Dans les années 90, la situation économique est préoccupante, avec une dette extérieure considérable et un taux de chômage élevé. La hausse des prix des produits de base a provoqué des émeutes et, en 1998, l’armée est intervenue pour rétablir l’ordre. À la suite de l’échec du référendum constitutionnel de février 2000 sur la consolidation des pouvoirs du président, l’adoption par le Parlement d’une loi autorisant l’expropriation des fermiers blancs sans compensation plonge le pays dans une grave crise politique et économique. 4 500 fermiers blancs sont expulsés et leurs terres sont redistribuées, le plus souvent à des membres de la direction de la ZANU-PF ou à des proches de la famille Mugabe. En 2001, à la suite de négociations menées par le Commonwealth, le Zimbabwe s’est engagé à mettre fin à l’occupation illégale des terres agricoles blanches et à la violence politique. La Grande-Bretagne accepte en retour de financer une réforme agraire.

L’élection présidentielle de 2002 fournit au régime un prétexte pour mettre en place un arsenal répressif qui assimile toute contestation du régime à un acte « d’insurrection, de banditisme et de terrorisme »; dans ce contexte, R. Mugabe est réélu au premier tour. Dénigrant les disputes qui déclarent les sondages illégitimes, le régime renforce sa répression en assassinant plusieurs opposants. Le Zimbabwe est soumis à une série de sanctions et suspendu du Commonwealth. En 2008, à la suite d’une parodie de vote, R. Mugabe, 84 ans, 28 ans à la tête du pays, a été réélu pour un sixième mandat. Afin de sortir le pays de la profonde crise politique, économique et sociale dans laquelle il se trouve, le président sortant et son ancien opposant, M. Tsvangirai, signent un accord de partage du pouvoir. Il y a une amélioration de l’environnement économique et de la sécurité alimentaire. En 2013, après avoir été approuvée par référendum, une nouvelle constitution entre en vigueur. Relativement libéral et limitant l’élection du président à deux mandats successifs, le texte est un préalable aux élections législatives de juillet. Bien que marquées par des irrégularités évidentes, mais jugées généralement libres et crédibles par les observateurs, elles donnent la majorité au ZANU-PF, tandis que R. Mugabe est réélu pour cinq ans!

Le Zimbabwe doit son nom aux célèbres ruines d’un imposant ensemble architectural en pierre sèche – unique par sa taille à Bantu – dans le sud du pays. Lors de la décolonisation de 1980, les mouvements de libération africains ont choisi le nom de «Zimbabwe» au lieu de «Rhodésie» donné en l’honneur de Cecil Rhodes, artisan de la colonisation britannique. Un nom africain évoquant une ancienne civilisation noire a ainsi remplacé un nom célébrant la conquête européenne.

Text Widget

Nulla vitae elit libero, a pharetra augue. Nulla vitae elit libero, a pharetra augue. Nulla vitae elit libero, a pharetra augue. Donec sed odio dui. Etiam porta sem malesuada.

Commentaires récents

    Select your currency
    EUR Euro
    USD Dollar américain
    fr_FRFrench

      ×

      salut!

      Cliquez sur l'un de nos représentants ci-dessous pour discuter sur WhatsApp ou envoyez-nous un e-mail à info@hewaborasafaris.com

      × Comment puis-je vous aider?